Multiculturalisme au Canada

dimanche 29 mai 2016
par  archiviste
popularité : 26%

Le multiculturalisme est une forme d’essentialisme ethnique ayant la prétention d’être un correctif pour le racisme. Il renforce les différences identitaires entre les groupes ethniques et religieux et accorde à ces groupes certains « droits collectifs », souvent au détriment des droits individuels. Il favorise la tradition et la communauté au désavantage de la modernité et des droits fondamentaux de l’individu. Le multiculturalisme accrédite les chefs religieux traditionnels et est étroitement lié à la question des accommodements religieux, la pratique d’octroyer des privilèges – incompatible avec les droits universels – sur la base de l’appartenance à une communauté religieuse ou ethnique.

Des précurseurs du multiculturalisme se trouvent, il me semble, dans la stratégie impériale, pratiquée efficacement par les empires perse et romain de l’antiquité et par l’empire britannique dans les siècles plus récents, qui facilitait l’intégration à l’empire de peuples conquis tout en ménageant l’élite locale, une méthode de contrôle sociale tirant profit des structures politiques, religieuses et sociales existantes, tandis que le contrôle exécutif du territoire passe au conquérant.

Au Canada, le multiculturalisme a été formalisé et élevé au rang de politique réglementaire par le Premier ministre Pierre Elliott Trudeau en 1971. Hors Québec, le multiculturalisme reste une vache sacrée, bien que certaines voix dissidentes commencent à se faire entendre. Le terme est souvent utilisé par opposition à l’intolérance ou même au racisme, comme si les critiques du multiculturalisme devaient nécessairement s’inspirer d’une xénophobie anti-immigrante. S’il s’agit de musulmans, des accusations d’« islamophobie » pleuvent sur ceux et celles qui osent remettre en cause le multiculturalisme.

Mais en réalité, le multiculturalisme est lui-même un cousin proche du racisme parce qu’il exagère l’importance de la communauté dans laquelle l’individuel est né, au détriment de son individualité. Selon Maryam Namazie, porte-parole du Council of Ex-Muslims of Britain, appliquer une étiquette religieuse à un individu constitue une contrainte qui limite ses droits et le place sous l’emprise des chefs d’une communauté religieuse. Selon le politologue canadien Jackson Doughart, le multiculturalisme mine l’universalité des droits en prisant davantage l’appartenance au groupe. Pour l’écrivaine Djemila Benhabib, le multiculturalisme, c’est du « multiracisme ».

La gauche politique canadienne, surtout à l’extérieur du Québec, est fortement acquise au multiculturalisme. En Ontario, le Nouveau parti démocratique (NPD) a pleinement appuyé le financement public à 100 % du système scolaire catholique. C’était la néo-démocrate et ancienne procureure-générale Marion Boyd qui, en 2004 a proposé d’inclure la charia musulmane dans l’arbitrage du droit de la famille et des successions. Heureusement, une opposition importante, incluant même la Libre Pensée française, a réussi à convaincre le gouvernement de cette province de rejeter la proposition, ainsi que de retirer des privilèges déjà accordés à plusieurs autres traditions religieuses.

La gauche est tellement éprise du multiculturalisme qu’elle arrive parfois à se faire devancer, en matière de laïcité, par la droite. À la fin de 2011, Jason Kenny, ministre fédéral de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, a interdit le port de couvre-visage durant le serment de citoyenneté, un geste que la gauche multiculturelle n’aurait probablement jamais eu le courage de faire.
La mentalité du multiculturalisme peut avoir des conséquences surprenantes. Dans la législature de l’Ontario, au lieu de supprimer la prière chrétienne traditionnelle (comme a fait l’Assemblée nationale québécoise), plusieurs autres prières y ont été ajoutées, pour représenter d’autres religions. À Montréal, une maternelle a décidé en 2011 d’« accommoder » des parents musulmans, dont la religion interdit la musique, en imposant à leur fille le port d’un casque antibruit. En 2008, bien que la loi fédérale interdise la propagande haineuse, la Commission canadienne des droits de la personne a refusé d’enquêter sur une plainte contre un imam salafiste montréalais qui avait prôné l’anéantissement des homosexuels.

Au Québec, le système scolaire est, depuis plusieurs années, laïque, du moins en principe. Mais paradoxalement, ce système comprend un contenu religieux encore plus important que l’ancien car, en 2008, le ministère de l’Éducation a implanté un nouveau programme obligatoire Éthique et culture religieuse (ÉCR) qui traite de quelques religions majeures, surtout le christianisme, mais ignore presque complètement les athées et les autres incroyants, comme si la culture et la morale étaient inexistantes sans religion. Ce nouveau programme a été astucieusement promu par une forte faction religieuse ancrée au sein du Ministère de l’Éducation, faisant appel à la « tolérance » et à l’« ouverture » et tirant profit de la mode du multiculturalisme.

Mais le pire aspect du multiculturalisme au Canada est sans doute la fâcheuse habitude dont il s’insinue dans le discours sur la laïcité pour en dénaturer le sens. Nous entendons couramment dire que le Canada est un pays multiculturel et a donc besoin de la laïcité pour mieux refléter sa diversité religieuse et ethnique. Ce raisonnement pose de sérieux problèmes.

D’abord, si c’est la diversité qui motive la laïcité, alors suffirait-il de réduire cette diversité – en fermant les portes aux immigrants par exemple – pour que la laïcité ne soit plus nécessaire ? Est-ce que les pays au paysage religieux homogène – comme par exemple le Bas Canada (Québec) au XIXe siècle, ou l’Argentine aujourd’hui – ont moins besoin de séparation entre Église et État ? Bien au contraire ! Dans un pays plus homogène la laïcité est au moins aussi nécessaire, sinon davantage, afin de protéger les citoyens et surtout les citoyennes contre un pouvoir religieux monolithique.

D’ailleurs, l’idée que les institutions d’un État laïque doivent en quelque sorte refléter la diversité religieuse du pays nous amène directement à la fausse laïcité dite « ouverte ». Celle-ci se reconnaît par l’absence de séparation entre religions et État et par une représentation des religions dans les institutions publiques. Le programme ÉCR en est un exemple tout craché. Les promoteurs de ce cours l’ont présenté comme « laïque » tandis qu’en réalité il s’agit d’un détournement de fonds publics pour promouvoir les religions, accordant à chacune une importance au programme semblable à son importance démographique, et protégeant les emplois des théologiens et autres spécialistes qui forment les enseignants de religion, emplois qui étaient menacés par la laïcisation du système scolaire public.

David Rand
Porte-parole, Association International de Libre Pensée
Président, Libres penseurs athées –- Atheist Freethinkers (Canada)

Article de la Raison n°579 (mars 2013)


Navigation

Articles de la rubrique